ESPRIT SHAMAN
.

Les images se multiplient, fugaces et vives,
Insaisissables demeures des richesses éternelles
D'un esprit qui contemple loin du temps
Tous les mondes possibles
L'Esprit Shaman
.
Le chamanisme, il faut le créer, l'inventer. Il n'existe pas en tant que formule, en tant que temple, en tant que système. C'est une réanimation permanente du vivant.
Luis Ansa, le Secret de l'Aigle

.L'homme succombera, tué par l'excès de ce qu'il appelle la civilisation. J. H. Fabre



Pour être chaman Kichwa




Pour être chaman, il faut suivre un régime rigoureux : pendant quatre ans, il est interdit de manger du piment et du sel et il faut se nourrir exclusivement d'aliments froids. On n'a pas le droit d'avoir de contact avec une femme pour un homme, ou avec un homme pour une femme, ni de sourire. Ensuite les chamans vont dans la montagne, où ils ren­contrent l'esprit d'une femme pour un homme, d'un homme pour une femme. Si c'est un cha­man criminel, l'esprit lui donne un fusil. Si c'est un bon chaman, il lui donne une grande chaîne en or et toutes les choses dont il aura besoin pour faire le bien. D'autres chamans, après les quatre années de diète, se rendent au bord d'un lac qui s'appelle Pangui Cucha, dans lequel vit un boa. Quand ils sont au bord de l'eau, le boa se change en femme et touche la main du futur chaman. Celui-là s'endort alors pour trois jours et, quand il se réveille, c'est un chaman spécialisé dans les maladies liées à l'eau, comme les problèmes de sang.

Une fois le rite initiatique réussi, ils sont devins. Si quelqu'un perd quelque chose ou se le fait voler, le chaman est capable de démas­quer le coupable et de retrouver l'objet.


Maria Aguinda, Un brin d'herbe contre le goudron - Quand une Indienne  fait triompher la défense de la forêt amazonnienne face à un géant pétrolier.

Rites funéraires des Yanomami



Les rites funéraires chez
les Yanomami d'Amazonie
Lorsqu'un homme ou une femme Yanomami décède, une grande cérémonie est organisée. Tandis qu'un bûcher est installé par les hommes, les femmes vont se noircir les joues avec du charbon végétal en signe de deuil. Le mort est enveloppé dans son hamac puis le bûcher est allumé. Pendant la crémation, toutes les femmes pleurent et les cris des hommes du clan retentissent dans la forêt afin de chasser les mauvais esprits hekura qui rôdent. Plus tard, les membres de la famille du mort vont réduire les ossements en poudre. Les cendres seront recueillies puis placées dans des calebasses et recouvertes de duvet. Mélangées à une purée de bananes, elles seront ensuite consommées par les proches du défunt afin que son âme subsiste éternellement.

Extrait de l'article d' "Alternative Santé"-  médecine énergétique, 
"Sur les traces de nos rites"
                                       de Martine Pédron,ethnologue

L’homme est destiné à s’exterminer lui-même



« L’homme par son égoïsme trop peu clairvoyant pour ses propres intérêts, par son penchant à jouir de tout ce qui est à sa disposition, en un mot, par son insouciance pour l’avenir et pour ses semblables, semble travailler à l’anéantissement de ses moyens de conservation et à la destruction même de sa propre espèce.
En détruisant partout les grands végétaux qui protégeaient le sol, pour des objets qui satisfont son avidité du moment, il amène rapidement à la stérilité ce sol qu’il habite, donne lieu au tarissement des sources, en écarte les animaux qui y trouvaient leur subsistance, et fait que de grandes parties du globe, autrefois très fertiles et très peuplées à tous égards, sont maintenant nues et stériles, inhabitables et désertes.
Négligeant toujours les conseils de l’expérience, pour s’abandonner à ses passions, il est perpétuellement en guerre avec ses semblables, et les détruit de toutes parts et sous tous prétextes: en sorte qu’on voit des populations, autrefois considérables, s’appauvrir de plus en plus. On dirait que l’homme est destiné à s’exterminer lui-même après avoir rendu le globe inhabitable. »
                                                                    Jean-Baptiste de Lamarck
                                      Système analytique des connaissances positives de l'Homme, 1820

Notre terre

Parole cheyenne

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cheyennes

Nous savons au moins ceci

Réponse du chef Seattle Sitting Bull, (1786 - 1866) en 1854, au président des Etats Unis de l'époque, Grover Cleveland, qui proposait une 'réserve' aux tribus indiennes en échange de l'achat de leurs territoires.



"Nous savons au moins ceci : la terre n'appartient pas à l'homme ; l'homme appartient à la terre. Cela, nous le savons. "




MESSAGE DE CHEF SEATTLE  LA FIN DE LA VIE, LE DÉBUT DE LA SURVIVANCE

Nous faisons partie de la terre


Follow by Email

Membres

VISITES

TERRE- LUNE EN TEMPS REEL